Valentin Belaud

90 minutes pour être Champion Olympique

Cette semaine le CIO rendra sa décision officielle quant au format qu’adoptera l’épreuve de Pentathlon aux Jeux olympiques de Paris en 2024.
En fait, on sait déjà qu’elle devrait se dérouler très différemment des éditions précédentes. Le projet de nouveau format, adopté par le conseil exécutif de la Fédération internationale de Pentathlon (UIPM), repose sur l’idée d’une durée maximale de 90 minutes, avec un système d’élimination conçu pour raccourcir la durée de la compétition.
Je porte avec engouement cette nouvelle version moderne du pentathlon. De toute façon nous n’avions surement pas le choix puisque Mr Bach, le Président du CIO avait déclaré à nos plus hautes instances, « Changez sinon nous changerons! ». Une menace à peine voilée de voir disparaitre le Pentathlon du programme des J.O.
Je suis athlète de haut de niveau depuis 15 ans maintenant et j’ai vu évoluer ma discipline. La première qualité d’un pentathlete est d’ailleurs l’adaptation et c’est ce que nous réalisons depuis des années. Le pentathlon moderne était souvenons-nous à l’origine, une compétition de cinq jours aux Jeux Olympiques. À Atlanta (en 1996), il a été condensé en une seule journée, et à Londres (2012) nous avons combiné tir laser et course à pied pour produire un spectacle encore plus excitant. À Tokyo (2021), nos cinq disciplines auront pour cadre un même lieu.
Cette nouvelle version en 2024 devra durer le temps d’un match de foot, 90 minutes pour être plus dynamique, plus télégénique forcément.
20 minutes pour l’épreuve de saut d’obstacles, 15 minutes pour l’escrime, 10 minutes pour la natation et enfin 15 minutes pour l’enchaînement tir-laser et course à pied. Les athlètes bénéficieraient de 10 minutes entre chaque disciplines pour récupérer… et se changer. Un système d’élimination corserait la compétition, afin de la rendre “plus dramatique” assure la fédération internationale. En 2024, c’est le site de Versailles qui recevrait le pentathlon moderne.

Un site royal avec peut-être l’épreuve de natation dans le Grand Canal.
C’est selon moi une nouvelle chance de faire grandir le Pentathlon.
J’ai aujourd’hui 28 ans et cette nouvelle formule, qui se jouerait dans un lieu unique dans un temps express me fait aussi peur!

Saurai-je m’adapter à ces nouvelles règles, à ce nouveau fonctionnement ?
Je suis champion du monde avec la formule actuelle du pentathlon et ma première pensée pourrait être de m’opposer à cette formule, de résister à ce changement. Mais je serais égoïste, et j’irais surement contre l’histoire de mon sport qui de plus pourrait, vous l’avez compris, perdre sa place aux Jeux.
L’UIPM souhaite que cette nouvelle évolution aide à la lisibilité de notre discipline afin que toutes les nations du monde le promotionne. Je dois donc surpasser ma peur, également pour que tous les jeunes pentathlètes du monde qui rêvent de représenter leur pays aux Jeux olympiques puissent le faire.
A moi de travailler pour rester le meilleur en toutes circonstances.
Ce qui est important pour nous athlètes désormais, c’est d’échanger avec notre fédération internationale pour lui faire remonter nos ressentis, et trouver ensemble, la meilleure version olympique, la plus moderne du Pentathlon… Moderne.

Exit mobile version