Ca, c’est du sommeil récupérateur

Je vous parlais de mes douze heures de sommeil consécutives à ma compétition. La preuve en image que je ne vous avais pas menti. Regardez ce graphique et voyez comme on dort profondément, comme un bébé, après une dizaine d’heures sous tension, et à faire des efforts.

Vous devriez essayer le Pentathlon si vous avez un peu de mal à vous endormir le soir, non ?
Sinon, rendormez-vous, on est 15 août.

Tags: