C'est tout ça le pentathlon - Valentin Belaud
1869
post-template-default,single,single-post,postid-1869,single-format-standard,tribe-no-js,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-title-hidden,paspartu_enabled,qode_grid_1200,footer_responsive_adv,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-17.2,qode-theme-bridge,qode_header_in_grid,wpb-js-composer js-comp-ver-5.6,vc_responsive

C’est tout ça le pentathlon

Je ne pouvais pas quitter Bath sans vous écrire un mot à vous qui me soutenez. J’allais vous parler de moi mais je le ferai demain, dans une interview bilan des Europe avec Yann où nous passerons tous les sujets en revue. Car ce soir je veux vous expliquer ce qu’est le sport, et ce qu’est le Pentathlon en particulier. J’étais aujourd’hui en tribunes pour encourager Elodie avec l’énorme envie de la voir triompher aujourd’hui à Bath, la voir devenir championne d’Europe. Pour évacuer un peu de ma frustration de n’avoir pas pu m’imposer la veille, mais surtout parce qu’elle le mérite. C’était chouette de la voir déjà leader du général après la natation et l’escrime. Tout en maitrise, en route vers le titre. C’était sans compter sur ce cheval récalcitrant… très récalcitrant puisqu’après plusieurs barres bousculées, il a carrément refusé 4 obstacles. C’est l’élimination ! O point marqué, et c’est la dégringolade à la 34e place du classement. Horrible. Je sais que beaucoup d’entre vous trouvez cette épreuve d’équitation ‘injuste’ car trop aléatoire. Mais parfois c’est à nous qu’elle sourit, et pas aux autres. C’est ça le pentathlon, c’est ça notre sport. Nous l’acceptons. Ou sinon nous devrions en changer. Il faut maitriser 5 épreuves. Savoir aller vite, être précis, être calme, explosif, résistant selon la discipline. Surtout, il est important de ne pas ressasser les regrets, de ne pas emmagasiner de la frustration. De ne pas s’apitoyer. De ne pas invoquer l’injustice.
Il faut juste repartir de l’avant. J’ai déjà su le faire, je le referai, et Elodie pareil. Retenez juste que nous voulons être Champions Olympiques, il n’y a donc pas de place au questionnement, juste de la place pour travailler mieux et plus.
A demain pour l’interview, et encore merci pour vos messages !