Covid-19 ou 2020 ? - Valentin Belaud
3180
post-template-default,single,single-post,postid-3180,single-format-standard,tribe-no-js,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-title-hidden,paspartu_enabled,qode_grid_1200,footer_responsive_adv,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-17.2,qode-theme-bridge,qode_header_in_grid,wpb-js-composer js-comp-ver-5.6,vc_responsive

Covid-19 ou 2020 ?

Je finis tout juste deux grosses semaines d’entraînement intense.
La fatigue est à son apogée. Et, pour démarrer ce week-end de récupération, un peu de sport pour rien changer.

Je viens de regarder la dernière course de Martin Fourcade, sa dernière victoire, la 83e, 10 ans après sa première victoire. Quel athlète, quel homme et quelle inspiration.

Tout athlète rêve des meilleurs, de faire comme les meilleurs. A chacun son sport mais tous avec le même rêve, Gagner !
Il faut un Coronavirus pour faire s’arrêter Martin. Le sport mondial s’arrête pour Martin. C’est le plus grand hommage qu’un athlète ait reçu…
Trêve de plaisanterie, et une grosse pensée à toutes les familles touchées par ce virus. De mon côté les choses se sont accélérées depuis hier après-midi avec l’annonce de la fermeture de toutes les installations sportives public, dont L’INSEP qui va fermer demain soir pour 15 jours.

C’est une première dans ma carrière, c’est une première historique pour le sport français. C’est tout simplement la première fois que l’INSEP ferme ses portes. C’est pour tous les athlètes olympiques l’épicentre de l’entraînement qui hier soir s’endormait tranquillement… Mais pas question pour nous de nous endormir.
Certes, la suite de la saison va-être chamboulée, j’attends le dernier retour de la Fédération Internationale de Pentathlon en ce qui concerne les compétitions. La prochaine doit se tenir à Sofia à la fin de ce mois. Alors, une annulation complète ou une trêve ?
On ne sait pas encore. Ce qui est sûr c’est qu’aujourd’hui l’objectif n’a pas changé, il reste fixé aux 6 et 8 août à Tokyo. Les dernières nouvelles de Tokyo sont rassurantes, tout continue de se préparer, ouf !

Qu’il y ait des compétitions ou non, la préparation ne change pas beaucoup. J’aurais juste un peu de frustration de ne pas faire de compétitions, puisque c’est pour cela que je m’entraîne tous les jours. Au-delà même du souhait de progresser dans chaque épreuve jour après jour, la récompense c’est d’aller en compétition.

Mais le sport et la vie nous apprennent la patience en permanence. C’est le travail du moment, de l’année, savoir rester patient en plus de la première qualité que doit posséder le pentathlète, l’adaptation. Elle, on la travaille tout le temps. S’il faut donc repenser les 15 prochains jours, trouver un nouveau site d’entraînement, trouver une nouvelle dynamique pour faire de ces 15 jours (au moins) une force, c’est carrément dans mes cordes !
Dans l’attente des prochains retours de ma fédération, que je vous communiquerai, je dois attendre pour savoir où j’irai. Tout est en train de se finaliser, alors c’est à votre tour d’apprendre,… la patience.