J-500 - Valentin Belaud
1185
post-template-default,single,single-post,postid-1185,single-format-standard,tribe-no-js,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-title-hidden,paspartu_enabled,qode_grid_1200,footer_responsive_adv,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-17.2,qode-theme-bridge,qode_header_in_grid,wpb-js-composer js-comp-ver-5.6,vc_responsive

J-500

A J-500 de l’ouverture des JO de Tokyo je poursuivais ce weekend ma préparation en escrime en participant au circuit de compétitions nationales, où se mêlent de nombreux très bons spécialistes. A Nîmes aujourd’hui, je suis tombé face à un grand colombien de 2m qui m’a battu 15-11. En même temps il n’était pas venu en touriste. En effet, il a gagné le dernier circuit français, il était au Jeux à Rio et il prépare Tokyo. En accrochant ce style d’escrimeur, je me nourris d’expérience. Les circuits d’escrime me font travailler sur moi. Je suis forcément un challenger face aux spécialistes, et je ne dois pas avoir d’égo mal placé. Tirer, gagner, ou perdre face aux meilleurs doit rester du bonus. Je sens de plus en plus de choses avec mon épée grâce au travail que je fais avec mes deux maîtres d’armes, Daniel Levavasseur et George Karam.
Il n’y a rien de mieux pour un athlète que de se sentir progresser.
Tant que je n’aurais pas l’or je donnerai tout et j’aime être à cette place, à celle d’un athlète en route vers sa destinée. Je suis comme d’autres à 500 jours de mon rêve, et je n’ai qu’un leitmotiv :
« du travail, du travail et encore du travail… »
Je m’en sens proche, les Jeux ne me quittent plus, et je sens en moi monter une intense motivation pour la reprise lundi de l’entraînement à l’INSEP. Je vais y préparer la 3e épreuve de la Coupe du Monde (fin avril) à Budapest.
Hier, un mexicain a gagné la deuxième, à Sofia. Le niveau grimpe pour la qualification olympique. J’aime cette énergie, quand tous les pays du monde se préparent pour la plus belle des épreuves. Tout est possible et pour tout le monde, il ne faut rater aucune séance pour être prêt pour ‘le Game’.
Et je vous avoue que vous écrire en ce moment même depuis ce TGV qui me ramène sur Paris me booste encore plus.
Mettre des mots sur ma préparation me fait progresser et pas de pipeau quand je vous raconte quelque chose, croyez-moi, je suis engagé!
Allez bonne fin de weekend à tous et n’oubliez jamais de cultiver votre rêve profond… toute votre vie !