Mon carnet de voyage - Valentin Belaud
1117
post-template-default,single,single-post,postid-1117,single-format-standard,tribe-no-js,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-title-hidden,paspartu_enabled,qode_grid_1200,footer_responsive_adv,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-17.2,qode-theme-bridge,qode_header_in_grid,wpb-js-composer js-comp-ver-5.6,vc_responsive

Mon carnet de voyage

Je voulais vous ouvrir mon carnet de voyage du Japon. Car après les entraînements on en profite avec Elodie, ma compagne et complice d’entrainement, pour aller se balader et visiter Tokyo. Tout se fait en transport en commun tant la ville est grande, tentaculaire. Et, c’est beaucoup plus pratique, rapide et moins onéreux que le taxi.
A Tokyo, il faut aussi oublier ses habitudes parisiennes. Les Français ont vraiment des leçons à apprendre des japonais. Dans le métro, malgré le monde chacun reste très calme, et la ville est d’une propreté exceptionnelle. Les Japonais sont un peu les Suisses-Allemands de l’Asie.
Il faut marcher à gauche, bien se tenir à gauche aussi dans les escalators si l’on ne monte pas les marches, et attendre, même au milieu de la nuit, que le bonhomme soit vert pour traverser. Bref, que des règles qui surprennent au début mais qui ne sont que du savoir-vivre et donc tellement agréables au quotidien. Et, tu peux laisser ton téléphone sur la table en terrasse et aller aux toilettes sans craindre qu’il disparaisse.
Le seul truc qui cloche pour nous français ce sont ces les lignes électriques aériennes. Vraiment surprenant, mais ils y sont obligés à cause des tremblements de terre.

Ce n’est pas une nouveauté, ici on mange très bien, et il y a énormément de restaurants car à Tokyo les appartements sont souvent livrés sans cuisine. Peut-être à cause du prix du mètre carré, très prohibitif.

Hier soir nous avons dîné avec l’Ambassadeur de France à Tokyo qui est chargé des sports jusqu’aux Jeux. Magie de la vie, j’y ai retrouvé un ami que j’avais rencontré lors de son dernier poste à Doha, et cette fois nous voici au Japon réunis.

Les cerisiers sont vraiment magnifiques, et s’il y a une période pour venir au Japon c’est vraiment le printemps pour Sakura (cerisier en fleur). Ça ne dure que deux semaines et c’est pile pendant notre venue.

Je vais terminer ce carnet de voyage par le côté mode! Ils sont vraiment en avance, c’est un plaisir… sauf pour la carte bleue qui chauffe et sans vrai contrôle puisque l’on n’utilise pas de code pin ici. Juste un aller-retour dans le rail et hop, c’est payé !
Même les musiciens de la rue ont des applications pour être payés directement sur leur compte bancaire. Finie la quête avec le chapeau, tout se perd, c’est bluffant!

さようなら
sayōnara