"Oui, je suis regardé comme un champion" - Valentin Belaud
1954
post-template-default,single,single-post,postid-1954,single-format-video,tribe-no-js,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-title-hidden,paspartu_enabled,qode_grid_1200,footer_responsive_adv,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-17.2,qode-theme-bridge,qode_header_in_grid,wpb-js-composer js-comp-ver-5.6,vc_responsive

« Oui, je suis regardé comme un champion »

Début des qualifications ce matin pour Valentin et une soixantaine d’autres pentathlètes. Il n’en restera que 36 ce soir, qualifiés pour se disputer un titre et 3 tickets pour les Jeux de 2020, samedi.
Parmi eux, Valentin a l’avantage d’avoir été sacré déjà Champion du monde en 2016. Ne comptez pas sur lui pour rouler des mécaniques, surtout dans une période où il doit prouver et aller chercher son billet pour Tokyo 2020. Mais évidemment, lorsque débutent des Championnats du monde, Valentin n’est pas regardé comme les autres pentathlètes du plateau. Il le sait, mais il est clair sur le sujet, ça ne lui confère aucun avantage sur la ligne de départ ce matin à Budapest. Comme il l’explique dans la vidéo.