Site icon Valentin Belaud

Pentathlon à Tokyo : Programme et mode d’emploi

La compétition qui débute jeudi, se déroulera sur deux jours pour la dernière fois, puisque dans 3 ans à Paris, le pentathlon se déroulera en 1h30 dans un lieu unique, ce qui le rendra plus lisible et surtout plus adapté au format télé. Pour mieux suivre la compétition de Valentin, nous vous proposons le programme (en heure française) et les clés pour mieux comprendre ce sport combiné qui fait partie des plus anciens de l’ère moderne.

Escrime – Jeudi 9h30

Chaque athlète affronte tous les autres à l’épée. Valentin va donc tirer face à ses 35 adversaires dans des matches d’une minute max. Les combats sont courts et rapides et exigent une concentration totale et une capacité d’adaptation pour affronter des styles différents. 0Obtenir plus de 20 victoires serait un très bon résultat dans cette discipline majeure en pentathlon. L’avance ou le retard pris en escrime se retrouve souvent au départ de la dernière épreuve du combiné.

La suite de la compétition se déroulera 2 jours plus tard.

Natation (200m) – Samedi 7h30

L’épreuve de natation est un 200 mètres nage libre. C’est l’épreuve la moins aléatoire du pentathlon moderne : les conditions de course sont toujours les mêmes et les candidats sont confrontés à un contre-la-montre plutôt qu’une épreuve d’affrontement. Ils sont classés selon leur temps qui leur rapporte des points. Les meilleurs feront un peu moins de 2 minutes, les moins bons 2’10. En fonction du bassin (25m ou 50m) Valentin lui est logiquement dans des temps compris entre 2’04 et 2’07. Il n’est pas dominateur dans cette discipline qui ne fait de toutes façons pas de grosses différences au classement général.

Escrime (bonus round) – Samedi 08h45

Cette épreuve a surtout des vertus télévisuelles et ne rapporte parfois aucun point aux pentathlètes. Basé sur le système ladder, la compétition débute avec les deux moins bien classés du tour d’escrime de jeudi. Le vainqueur marque un point et reste sur la piste pour affronter ensuite le suivant dans la hiérarchie. Ce bonus round se poursuit ainsi de suite jusqu’au vainqueur de l’épreuve d’escrime. Celui-ci ne pourra donc marquer qu’un seul point au mieux.

Equitation – Samedi 10h15

Valentin a coutume de dire qu’on ne gagne pas un Pentathlon avec l’équitation mais qu’on peut le perdre. Il s’agit d’une course de 400 à 450 mètres avec 12 obstacles dont au minimum une combinaison d’un double et d’un triple. Un temps limite est établi en fonction de la longueur de la course et de la taille de la piste. Mais la grande particularité en pentathlon, c’est que les concurrents sont associés par tirage au sort à un cheval 20 minutes avant le début de l’épreuve. Il faut donc très vite appréhender l’animal, se familiariser avec lui, le mettre en confiance, ce qui même pour un spécialiste de l’équitation peut s’avérer très compliqué. Dans ce contexte, on assiste parfois à de véritables fiascos. Un parcours dans le temps et sans fautes donne 300 points maximum. Chaque obstacle tombé occasionne une déduction de sept points, chaque seconde de dépassement de temps provoque une déduction d’un point. De plus, une série de fautes peut provoquer l’élimination, qui se traduit par un zéro en termes de points marqués dans l’épreuve. Il est donc possible de perdre toutes ses chances durant l’épreuve d’équitation.

Combiné (Course/Tir) – Samedi 12h30

Cette épreuve finale combinée est inspirée de la poursuite de biathlon, c’est la plus spectaculaire et pleine de suspens. L’écart de points entre les concurrents établi lors des épreuves précédentes se transforme en secondes et détermine l’ordre de départ et l’intervalle entre chaque départ. Le leader du classement s’élance en premier, et si son avantage est de dix points, le second s’élance dix secondes après, s’il est à 22 points, il part avec 22 secondes de retard, etc.. Le combiné consiste en un cross-country de 3 200m, 4x800m ponctués de quatre arrêts à un stand de tir où les concurrents utilisent un pistolet laser et visent une cible de 17cm carrée située à 10 mètres. Le 1er tir a lieu 100 m après le départ, le second après une première boucle de 800 mètres de course, le troisième à 1 600 mètres et le dernier à 2 400 mètres. À chaque fois, le pentathlonien doit toucher 5 cibles en un temps maximum de 50 s, avant de repartir sur la course. Comme pour la poursuite de biathlon, c’est le premier à franchir la ligne d’arrivée qui remporte le pentathlon, et on espère tous que ce sera Valentin !!!

Exit mobile version