Radions à vie les dopés - Valentin Belaud
1176
post-template-default,single,single-post,postid-1176,single-format-standard,tribe-no-js,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-title-hidden,paspartu_enabled,qode_grid_1200,footer_responsive_adv,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-17.2,qode-theme-bridge,qode_header_in_grid,wpb-js-composer js-comp-ver-5.6,vc_responsive

Radions à vie les dopés

Je voudrais profiter de l’affaire Clémence Calvin et du clash qui s’en est suivi entre Patrick Montel (France Tv) et Kevin Mayer (Décathlonien) pour vous donner mon sentiment.
J’ai trouvé vraiment maladroite la manière dont Patrick Montel a parlé de dopage et l’a généralisé à tous les athlètes de haut niveau dans sa vidéo sur Facebook. Pour moi, soyons clairs, les dopés doivent-être radiés à vie quand il est prouvé qu’il y a eu intention volontaire de prendre des produits ou d’intégrer un système dopant.
Il n’y a pas de place pour les tricheurs dans le sport!
C’est tellement plus que ça, le sport.
Kevin Mayer a donc pour moi très bien réagi aux propos du journaliste de France Télévisions, et je l’approuve quand il dit que le dopage est juste un raccourci pour les feignants !
Commencer à se doper c’est s’avouer que l’on ne sera jamais l’élu. Mais comment peut on tricher et se regarder dans une glace ?
Je préfère ne jamais toucher une médaille olympique, que d’en gagner une en me dopant. Le sport est un jeu, et doit le rester, et pour lui on ne doit jamais risquer de salir son nom, celui de sa famille, de renier les valeurs du sport.
Pour en revenir à Patrick Montel, je pense que lorsque l’on est journaliste, et Yann le sait bien, on ne doit pas généraliser, et affirmer sans preuve. Ses « boulettes » à répétition sont justes insupportables pour les athlètes. Certes, c’est une figure, une voix de l’athlétisme, mais ça ne l’autorise pas à des sorties de route comme celle-ci. Je sais qu’il connaît bien Clémence Calvin, cette marathonienne française mise en cause dans une affaire de dopage présumée qui a déclenché le clash que l’on sait. Je comprends qu’il soit triste de la situation, pour le sport, mais il a fait l’erreur de tous nous mettre dans le même sac. Maintenant il faut faire sortir la vérité de cette histoire rocambolesque. Clémence est présumée innocente, il est important de la respecter. Il faut aussi respecter le travail des préleveurs de l’AFLD (agence anti-dopage). sachez que je subis 18 contrôles par an. Enfin, faisons confiance dans l’enquête qui devra faire sortir la vérité. C’est primordial. Car comme beaucoup d’autres athlètes, je connais Clémence et son mari Samir, ils s’entraînaient cet hiver à l’INSEP. On voudrait tous apprendre qu’ils n’ont pas trahis notre « famille » car le sport reste un magnifique moyen de se réaliser et c’est le plus important !