Une vraie vie de sportif - Valentin Belaud
4020
post-template-default,single,single-post,postid-4020,single-format-video,tribe-no-js,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-title-hidden,paspartu_enabled,qode_grid_1200,footer_responsive_adv,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-17.2,qode-theme-bridge,qode_header_in_grid,wpb-js-composer js-comp-ver-5.6,vc_responsive

Une vraie vie de sportif

Deux belles semaines d’entrainement intensives qui se terminent. Le premier bloc de la mission Tokyo est validé. Après 9 semaines de reprise, les progrès commencent à se faire sentir.
Toujours pas de compétition à l’horizon… Je travaille ma patience comme jamais. En mars dernier ce n’était pas ma force qui m’avait permis de surmonter le confinement mais ma résilience et des entrainements forcés par les circonstances. Donc, je m’améliore.
Ici, à Font-Romeu l’automne est plutôt doux, après deux jours de mauvais temps le soleil est de retour, et avec les couleurs automnales, les sorties longues au milieu des montagnes, en forêt sont plus qu’agréables.

En fin de sortie, quand la fatigue est à son comble, on peut croiser une colonie de biches en travers du chemin. Magnifique rencontre, qui fait oublier les courbatures.
Ces demoiselles des bois sont intriguées par le bonhomme rouge écarlate au milieu de leur forêt si calme. Un rouge bien vif, raccord avec la nature, la saison.
Et quand il n’y a pas de cervidé, il y a toujours une vache pour te faire un clin d’œil quand tu passes.

Après une belle sortie running, avec des fractionnés comme sur la vidéo, direction la piscine, pour quelques longueurs de récupération, et c’est parti pour la série du jour. Au bout d’une heure et demie de natation, la matinée se termine.

Quelques étirements avec la montagne pour décor et le ventre commence à gargouiller…. Place au Lunch pour récupérer de cette première partir de journée.
Après le repas, un petit café au soleil, quelques discussions avec le coach Sébastien Deleigne.
Reviennent alors comme à chaque fois, beaucoup de souvenirs. Vous le savez, c’est ici que tout a commencé, quand j’avais 14 ans. C’est Seb qui a alimenté mon envie de victoires dans mes premières années. Heureux que notre équipe en or soit de nouveau réunie. Réunie pour le plus beau des projets, deux médailles d’or aux prochains Jeux olympiques de Tokyo.
Au bout du tunnel Corona, l’autoroute olympique de Tokyo dans le viseur et celui de Paris à la station d’après.
Après nos souvenirs et nos ambitions échangées, la fatigue est là, direction la sieste.
Pour l’après-midi on change de registre. Après le travail physique du matin, place à la technique. On commence par une séance de tir avec un pain en chocolat en guise de goûter… Pas très diététique mais après tous ces entrainements il faut toujours un peu de plaisir, une carotte, et pour moi ça passe toujours par la gourmandise.
A la fin du tir, on installe la caméra pour commencer le tournage de la séance d’escrime…

Et oui comme j’ai pas pu amener mon Maestro on travaille sur vidéo. Quelques déplacement puis une petite leçon. Un vrai après-midi de télétravail 🙂
Le soleil tombe déjà et il est temps de rentrer, la température baisse vite.
Pendant qu’Elodie est en cuisine je m’attèle à la flambée dans la cheminée.

Quelle répartition des tâches. Confirmation de ce que je vous ai toujours dit, on travaille en équipe.
Les bonnes odeurs de bois se mêlent à celles d’une poêlée de champignons (<= vous avez cliqué pour avoir l’eau à la bouche ??)ramassés pendant le weekend. Des Charbonniers et des Canaries pour ravir nos papilles ce soir autour de la cheminée. Une vraie vie de montagnard. On finit la journée en se déconnectant devant une série Netflix avant de s’endormir et de repartir au combat le lendemain.
Une vraie vie de sportif.